Et c’est le départ

 

 

 

 

 

 

 

Je savais bien que c’était une bonne idée de partir en milieu de semaine. D’ailleurs à ce sujet, si vous êtes comme les membres de ma famille, ou quelques-uns de mes amis, et que vous vous demandez, pourquoi un mercredi ? C’est juste une question tarifaire, si vous n’êtes pas un habitué des transports en commun, vous l’ignorez sans doute, mais le mercredi est le jour, où les tickets SNCF sont les moins chers, avec parfois le jeudi matin.

Au début, je pensais juste que cela me ferait un long week-end de 4 jours, comme un viaduc reposant avant le grand départ, en fait, il ne fut ni long, ni reposant. Bien au contraire, tout, c’est accéléré bien vite, et je me suis retrouvée sur le quai de la gare, et le train, sans même avoir le temps de réagir à ce qui m’arrivait.

Moi qui déteste les adieux sur les quais de gare, je les appréhendais, et les redoutais, en fait, grâce à une amie qui voulait beaucoup de photo du départ et une autre qui avait lancé un décompte virtuel, j’étais tellement prise avec les réseaux sociaux, que j’étais entre deux mondes.

Malheureusement, 2 heures de train ça laisse le temps de réfléchir, et d’angoisser, et là au fur et à mesure que je m’approchais de Paris, les « si » se sont installés, et si je n’y arrivais pas, et si, et si…

Grosse crise d’angoisse et d’inquiétude à la sortie du train, je n’ai pas pris le temps de repérer le trajet avant de partir. Heureusement que je connais assez bien les métros parisiens, cela m’a permis de constater que Mappy, me lançais sur un gros nimpornawak. Ni une, ni deux, j’ai demandé un plan de métro, (oui, encore un, j’en ai une dizaine à la maison que je garde pour quand je dois remonter sur Paris, et comme d’habitude, je l’ai oublié.)

Dans mon malheur heureusement que j’avais téléchargé l’appli. de booking sur mon smartphone, et que les présentations de leurs établissements sont toujours très bien détaillées.

Ainsi, j’ai pu avoir l’arrêt de métro le plus proche. Et pour une fois, l’application de Google Map, ont été assez précise. Ce qui m’agace profondément avec la « madame GPS » de cette application, c’est lorsqu’elle me dit prenez, la rue machin par le nord, j’ai beau regarder sur tout les poteaux et lampadaires, j’ai encore jamais vu de la mousse dessus.

10 mn plus tard, j’étais dans mon dortoir. Avec deux jeunes femmes déjà profondément endormies. Et une Mickaéline shooté au thé qui n’avait absolument pas envie de dormir. Je vous jure que ce n’était pas évident de prendre mes repaires dans le noir, qui plus est sans faire de bruit.

À 3 heures du matin, après deux films en anglais, histoire d’accélérer le processus, j’étais enfin sagement endormie. Pile, poil au moment même, où une de mes colocataires, avait décidé qu’il était l’heure pour elle de dîner, sans aucune gêne aucune, elle a allumé sa lampe se trouvant prêt de son lit. Et à déballé son repas, en prenant tout son temps pour le déguster !

Elle commence bien l’aventure  🙂

 

En attendant le train, autour d’un thé
ça y est en route pour Paris

 

Voir mon avis sur Booking sur l’Auberge de jeunesse

 

2 réponses sur “Et c’est le départ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *