Je suis tombée amoureuse

 

C’est sous le cri des mouettes que je me suis réveillé. Malgré la fatigue du voyage de la veille, et la mauvaise nuit à cause de la tempête, je n’ai pu, m’empêcher de sourire, en me tournant cependant dans l’autre sens, bien décidé à ne pas me lever tout de suite. Ce qui m’amusait à cet instant précis, c’est le boucan que peuvent faire ces volatiles. Bien loin du chant mélodieux des oiseaux Castelroussins.

Malheureusement, je n’ai pas pu me rendormir, à défaut, j’ai organisé, ma journée, et mon séjour, la tempête semblait s’être calmée, tout au moins, au niveau de la pluie, car les bourrasques de vent, elles étaient encore bien présentes.

Une chose était sûre, sous ce temps-là, il était impossible de monter une tente, d’autant plus que les seuls campings de la région, étaient fermés, ce qui voulait dire, camping sauvage. Il fallait donc envisager une solution de repli. J’aurai peut-être pu, rester une nuit ou deux, à l’hôtel Normandie, mais je ne me sentais pas tellement à l’aise.

D’accord, c’est un trois-étoiles, d’où l’on peut apercevoir l’océan de certaines chambres. D’accord, il y a une piscine intérieure, et un spa. Cependant, ce n’est pas ce genre de standing que je recherche. J’aime le « comme à la maison », non le guindé. J’aime me sentir à l’aise, avoir du contact avec le personnel ou les gérants, même si je ne parle pas encore bien l’anglais. l‘hôtel Normandie m’a nettement fait comprendre que les bagpackers n’étaient pas le genre de clientèle qu’ils recherchaient. De plus, je veux prouver que l’on peut voyager, « convenablement », à faibles frais. Ce qui au vu des prix qu’il pratique, n’est pas ce que je recherche pour mes lecteurs.

Alors j’ai cherché, et là franchement bien caché, en plus dans un quartier deux fois plus agréable que le précédent, certes plus reculé de l’océan, il y a un appart-hôtel aux prix raisonnables, plus que raisonnables. J’y ai donc pris mes quartiers dans un petit studio, plus cosy que celui de Nantes, mais avec des petits riens qui font oublier les défauts. Autre avantage, et pas des moindres, la réceptionniste est charmante, et parle couramment français. J’avais ma perle rare. Je leur confiais Franklin, le temps que l’appartement soit disponible, et j’allais faire un tour dans Saint-Hélier.

Je suis tombée amoureuse, tout d’abord de ce quartier avec son grand parc menant jusqu’à l’océan. De son architecture, puis à force de me laisser mener au gré de mes envies, de St Hélier tout entier. Les concepteurs de la ville, ont bien compris que leur meilleur atout était l’océan, tout tourne autour de lui. Il y a une multitude de bancs, qui font face à ce dernier, ainsi que de nombreux abris, qui ont le même objectif, ainsi suivant le temps, on peut admirer l’océan, protégé ou non. La tradition, veut même que l’on fleurisse le banc d’un habitué décédé.

Après une telle journée, je suis rentrée, sans oublier de passer au market du coin, pour prendre de quoi dîner, je voulais un véritable dîner anglais qui n’incluait ni frite, ni bonbon à gogo. Un bain plus tard, je décidais de m’occuper de mes pieds qui ont décidé de se parer de jolies ampoules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *