Nomade depuis un mois, et alors…

Un mois de nomadisme, c’est 10 lits, (ça en fera 11 ce soir) différents dans 4 pays, même si officiellement cela n’en fait que deux puisque, Jersey et Guernesey font partit du royaume uni.
C’est la découverte de lieux, splendides, de rencontres extraordinaires. De moments magiques, mais aussi de grands moments de solitude. C’est environ 1885 kilomètres parcourus, et 26 villes visitées.

Je ne sais plus qui, m’a demandée avant mon départ, si je voyais ce tour du monde, comme une thérapie. J’avais dit que non, même si par expérience, je savais qu’un voyage, cela révèle des côtés insoupçonnés en nous. Et bien, j’avais tort, apparemment ce voyage, agit sur moi comme une thérapie. D’abord au niveau des cauchemars, qui tendent à s’espacer de plus en plus. Je n’en ai fait que deux en un mois de temps. Depuis Oxford, il semblerait que mon incapacité à lire, disparaisse également. Je ressens depuis quelques jours, non seulement l’envie, mais également le besoin de lire. J’ai repris avec une lecture plaisir, les mauvaises langues diront « facile », avec le second tome d’une trilogie de Nora Roberts. Je suis moins fan de ses romances que de ses polars, mais je passe un bon moment avec ce dernier. Ce déblocage est sans doute dû au fait que je me suis sermonnée pour ne pas craquer à Oxford, dans toutes ces librairies, et bouquineries, et croyez-moi, c’était extrêmement dur. D’autant plus que je recherche des ouvrages qui ne sont pas encore traduits en français, la suite d’une saga jeunesse, dont j’aimerais connaître la fin. Ainsi qu’un autre, sortit en 2010, en Amérique que j’aimerais bien lire. Mais j’ai une arme de taille pour ne pas craquer, Franklin. Rien qu’à l’idée de son poids, bizarrement cela calme mes ardeurs, et mon portefeuille me remercie.

Je me suis rendu compte que finalement, je n’ai pas vraiment changé, préférant les endroits, modestes, aux grands hôtels, mes meilleurs séjours, étant dans des lieux sans prétentions.

J’ai eu de gros coups de cœur, deux pour des hébergements, un pour un restaurant, les derniers sont pour un pays entier, et l’autre pour une réserve naturelle. Les deux hébergements coup de cœur, sont pour une formule que je ne connaissais pas, jusqu’au mois de mars, de l’an dernier. Les appartements hôtels. J’aime ce côté comme à la maison.

Parfois, on m’envie de ce nomadisme, parfois, on m’admire, mais il y a aussi, il faut le dire et le reconnaître, les regards, de travers, lorsque je suis dans la rue avec Franklin, et geek. Les moqueries, dissimulées ou non. Il y a les jours, où moi-même, je n’en reviens pas, et puis il y a les moments plus durs. Ceux où rien ne va. Où tu te dis, que t’étais bien mieux dans ton petit 60 mètres carrés, à tourner en rond, comme un poisson dans son bocal.
Et puis il y a eu les 7 mois, alors tu t’aperçois, que ça ne change rien, qu’il y a des choses que le temps n’efface pas. Tu te dis qu’il est peut-être temps de tenir ta promesse. Tes pas te mènes, à la gare, afin de te renseigner sur les trajets jusqu’à Liverpool. Tu te retrouves à participer à un Beetles tour, tout en anglais, alors que t’aime même pas les Beatles.

Tous ces trajets en bus, m’ont permis de réfléchir, de méditer, soudain une évidence s’est imposée en moi : un tour du monde, ne doit pas durer toute une vie, même si tu passes ta vie à faire le tour du monde. La tortue est devenue une vague. Tout comme ces dernières qui reviennent, pour mieux repartir. Du coup, ce qui était à prévoir, arrive, ton trajet de départ, vole en éclats.

Mais dans le fond, je vis une expérience incroyable. Même si ce n’est pas tous les jours faciles. 

J’ai fais un nombre impressionnant de photo voici mes 3 préférées

 

Une pensée sur “Nomade depuis un mois, et alors…”

  1. Très belles photos, Mickaéline ! Je trouve ce que tu écris sur le voyage (effets thérapeutiques, changements de programme) très juste.
    J’ai vu passer un statut parlant de soucis de santé, j’espère que tout va bien pour toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *