J – 27

 

Il ne reste déjà plus qu’un mois, enfin en réalité, plus que 27 jours, 21 heures, et 27 minutes à l’heure où j’écris ces lignes. Merci février pour tes deux jours en moins.

Je vous ai mis ma TO Do List à jour, si vous voulez y jeter un petit coup d’œil. J’avance petit à petit, peut-être pas aussi vite que je le voudrais, mais, le principal est d’avancer.

Continuer la lecture de « J – 27 »

Un sac à dos pour frileuse autour du monde

Vous connaissez le comble de la voyageuse backpack ? C’est d’être un véritable cul gelé 😉  ne riez pas, c’est vrai, il n’est pas rare, qu’en été, je porte un tee-shirt, sous mon pull, ou un pull sur mon tee-shirt, comme vous préférez.

Donc, de tout temps, mon problème est, comment voyager léger, sans me les cailler. Heureusement côté habits, je gère, et connais la solution. Je n’emporte que deux tenues. Une sur moi, l’autre dans le sac à dos. Si par miracle, j’ai envie de faire une sortie resto, ou autre, mon foulard fait des merveilles, et si ce dernier n’est pas disponible ? Eh bien, il me semble, qu’hormis chez les Pygmées, (qui de toute façon, n’ont pas de restaurant, donc, le problème ne se pose pas), les habitants s’habillent aussi. Il sera peut-être temps de me séparer, d’un de mes pantalons, pour un nouveau, ou, d’investir dans un nouveau foulard, dont le poids est tellement insignifiant, qu’il me permettra de le garder, sinon, de trouver une occasion, de l’offrir. Idem pour le pantalon de rechange.

 

Cette fois-ci, j’ai décidé de bivouaquer, pour garder la liberté que m’aurait offert, le voyage en camping-car, si nous étions partit ensemble avec mon mari. Il me fallait donc dire adieu, à mon sac de 30 litres, et prévoir le double.

Continuer la lecture de « Un sac à dos pour frileuse autour du monde »

Les dix commandements du sac à dos

À 49 jours du départ, il est l’heure pour moi, de me pencher sérieusement sur ma check-list du sac à dos. Pour cela, j’ai ressorti un vieux texte, de dessous les fagots. Enfin pour, être tout à fait honnête, je suis retombée dessus, par hasard, je l’avais écrit il y a plusieurs années, lors de mon premier grand trek, et pourtant, il est toujours d’actualité 😉

 

1) Voyager léger, tu penseras
2) Mon poids, tu surveilleras
3) Ta garde-robe, tu oublieras
4)De l'essentiel, tu t'empareras
5) Les doublons, tu éviteras
6) Aux multi-usages, tu penseras
7)Ton dos, tu ménageras
8) De l'humidité, tu te préserveras
9)De tout surplus, tu te débarrasseras
10) Le sourire, tu garderas

Voilà les 10 précieux conseils à garder dans le coin de votre tête, chaque fois que vous préparer un sac (ou une valise) que se soit pour quelques semaines ou quelques mois. Et tata Mickaéline tu remercieras 🙂 (Non, non, ça va j’ai pas mal aux chevilles).

Gérer les moments oups

C’est en préparant la check-list pour mon sac à dos, que l’idée de cet article, m’est venue.

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais pour moi, Mère Nature, à souvent l’obligeance de tomber pile au mauvais moment. (Même le jour de mon mariage ! Je vous raconte pas l’angoisse.)

Lorsque l’on part pour plusieurs mois, voir, pour plusieurs années, on se doute bien que tôt ou tard, on sera confronté, au problème menstruel. Je ne pense pas que l’on soit toutes ménopausées lorsque l’on voyage.

Vous l’aurez compris cet article s’adresse, essentiellement aux femmes, cela dit messieurs, si vous lisez ces lignes, je tiens à vous préciser, que vous ne savez pas la chance que vous avez, y a quand même de l’injustice sur terre.

Continuer la lecture de « Gérer les moments oups »

J – 59

 

Dans deux mois, c’est le départ. Plus exactement dans 59 jours 2 heures, et quelques secondes au moment où j’écris ces lignes.

Les questions qui reviennent le plus souvent sont :

1) Ça va, pas trop angoissé ? Dans le même style, comment tu te sens ?

2) Tu en es où de tes préparatifs, ça avance ?

Alors voyons la question 1 en premier. Comment je me sens ? Honnêtement, je ne sais pas trop, à la fois, impatiente, limite surexcitée. Avec un brin d’inquiétude, tout de même, surtout dans la gestion des préparatifs. Ma To Do list ayant une fâcheuse tendance à augmenter sans raison par moment. J’ai le sentiment d’avancer dans un monde parallèle. Surtout depuis le premier janvier, le fait d’être soudain en 2017, m’a filé une claque, comme si d’un coup, tout devenait plus réel.

Continuer la lecture de « J – 59 »

Lettre ouverte au Père Noël

Cher Père Noël,

Bon d’accord, nous sommes le 23 décembre, il était temps que je me réveille.

Comme tu le sais, je prépare un tour du monde, et avant que tu ne m’invites en Laponie, et que nous discutions de choses et d’autres, autour d’une bonne tasse de thé, en dégustant des petits sablés préparés avec amour par la Mère Noël.

Il faut que je te dise, (pour le cas où tu aurais raté l’info), j’ai enfin pris ma décision, et je veux bien bivouaquer. Et je viens de trouver la tente de mes rêves. Petite, légère, spacieuse… Tu pourras trouver cette merveille, dans les magasins Décathlon, tu vois, je t’ai vraiment mâché le travail 😉 

En visionnant la vidéo ci dessous, tu comprendras pourquoi je l’aime tant, en plus de tous les avantages cité, je peux également ajouter, facile à monter, à démonter, et en plus elle est ultra light, rien que ça, c’est un critère de choix !

https://www.youtube.com/watch?v=81xa7d7B9e4

 

 

To Do List

telechargement-5

Pour moi, la fan des post-it, et des listes en tous genre, la création d’une To Do List, de chose à faire avant le départ était inévitable.

Mon côté organisé, et mon côté impatient, s’entrechoquent souvent, alors j’attends généralement le dernier moment pour créer ma liste, et m’organiser. 

voir la vidéo 

Après plusieurs semaines de réflexions, et de recherches, j’y vois un peu plus clair, et je peux enfin, mettre une liste noire sur blanc.

J’ai eu envie de la partager avec vous, afin d’aider ceux comme moi qui prévois un voyage à long terme,( et faire rêver les autres). Cette liste m’est bien évidemment personnelle, chacun ayant des objectifs, et des voyages différents, mais j’espère qu’elle vous aidera.

J’ai dû revoir certains points puisque partir à deux en camping-car, et seule en mode bagpacker, ce n’est pas exactement la même chose. Heureusement, je connais bien la seconde version, j’appréhende donc moins l’épreuve to do list sac à dos, que celle, « organisation générale », car, que l’on parte un an, deux ans, ou plus ce n’est pas la même chose que de partir quelques semaines. Il faut prévoir, l’imprévu ? Sans doute, mais surtout se pencher sur la question du logement, du travail, des démarches administratives, des vaccins (ma bête noire) etc, etc.

Sur mon Bullet Journal (bujo pour les intimes), (organiseur pour les non-initiés), elle prend 4 pages. (ah oui, quand même.) Mais il reste 3 mois pour tout faire :) allez, c’est partit.

Continuer la lecture de « To Do List »

Trouver chaussures à son pied

20161124_103710-1

Après le sac à dos, les chaussures sont le point le plus important au niveau matériel, pour parcourir le monde. Vous êtes comme moi, en plein préparatif de ce dernier. Ou vous rêvez de le faire un jour ;)

Quoi qu’il en soit cet article peut vous intéressez.

Comme en 2011, lorsque je suis partie de Vézelay jusqu’à St Jacques de Compostelle, j’ai jeté mon dévolu sur des chaussures de la marque Quechua. Pourquoi ? Parce qu’en cas de défaillance, (même les lacets), elles sont garanties 10 ans, et donc échangées. (excellent rapport qualité / prix.)

Viens le moment critique, chaussures de rando, ou de trail ? Montantes ou non ? La première chose à savoir, c’est que les chaussures dites de randonnées sont plus lourdes que les autres. Les montantes sont là pour maintenir la cheville. Mais là évidemment, je ne vous apprends rien.

Ne vous laissez pas influencer par une autre personne que vos pieds. Si votre sac à dos est votre maison, vos pieds en sont les piliers.

Oh t’as de beaux pieds, tu sais ? 😀

Faux, je dois être une descendante de Berthe au Grand pied, car mon pied gauche est totalement neutre, et le droit très supinateur, avec une cheville, en papier mâché, en plus d’être extra-plat, eh oui, c’est le vilain petit canard. (On ne peut pas être parfait en tout :p )

Mes années de triathlon et de course à pied m’auront au moins, permis de mettre l’accent sur ce défaut avant de me lancer pendant des mois, sur les chemins de Compostelle. D’ailleurs lorsque je vous parlais plus haut de l’excellente qualité des chaussures Quechua, j’ai jeté mes anciennes cet été avec beaucoup de regret, après 5 ans de bons et loyaux services. Si vous ne savez pas, si vous êtes un pronateur, ou un supinateur, ou tout simplement neutre, je vous renvoie à cet article trouvé sur le net. ICI

Voilà pourquoi MOI, j’ai choisi des chaussures de randonnées, semi-montante. Mais ce n’est pas parce que c’est le genre de chaussures qui me convient, que je vous le recommande expressément.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, est de faire les différents magasins de sport près de chez vous, d’essayer plusieurs paires, et évidemment de bien regarder vos anciennes chaussures afin de voir votre catégorie.

Je terminerais cet article en vous donnant deux petites astuces. La première essayez, différentes chaussures d’un même modèle, ça peut paraître stupide, mais parfois, un petit rien suffit à vous la rendre inconfortable. Je n’ai pas choisi un modèle bleu pétant pour faire « plus touriste », mais parce que le même modèle en gris, me faisait mal à mon fameux pied droit. Même le vendeur n’en revenait pas. C’est exactement les mêmes, sauf pour mon pied. Autre petite astuce, prenez une taille plus grande. Vos pieds vont avoir tendance à gonfler.

Voilà, il me reste 110 jours pour les effrayer, comme dirait mon fils lorsqu’il était petit 😉

 

Une expérience exceptionnelle, une opportunité incroyable, mais comment ça s’appelle un tour du monde ?

telechargement-2

 

Nos intimes le savent. Mon Quasimodo de mari, rêvait de faire le tour du monde, en combi Volkswagen. Mais attention pas n’importe lequel, le même que celui que son père possédait, lorsqu’il était jeune.

En 18 ans de mariage, nous aurions eu le temps de partir, plus d’une fois. Mais vous savez ce que c’est, d’abord il y a le travail, puis après les enfants, puis, puis, puis…

Pourtant, cette fois, nous étions décidés, nous devions partir, entre le début septembre 2016, et le 1er juin 2017. Nous n’avions tout simplement pas prévu que début septembre 2016, ce serait pour sa dernière demeure qu’il partirait.

Depuis ce tour du monde me hante. Alors c’est décidé, je pars. Seulement ce ne sera pas en combi, car j’ai franchement horreur de conduire. Non, je rechausse les chaussures, et le sac à dos, et direction le monde. Sans dates fixes, sinon celle du départ. Sans itinéraire précis, j’ai vu pour St Jacques, faire un itinéraire, c’est le meilleur moyen pour ne pas le respecter.

La blogueuse littéraire que je suis, va laisser pour un temps, sa casquette à la blogueuse voyageuse. C’est d’ailleurs avec cette dernière que j’avais commencée à bloguer lorsque je suis partie vers St Jacques.

Pour répondre à la question que tout le monde me pose, non, je n’ai pas peur de partir, seule, je l’ai déjà fait pendant 3 mois, lorsque je suis partie à St Jacques, car Quasimodo, ne pouvait pas me suivre dans ce périple. Et de toute façon, j’ai le sentiment, que je ne serais pas vraiment seule, je l’emmène avec moi. Oui, je sais, ce n’est que de la croyance. Mais comme je le dis si souvent, on donne bien la médaille d’honneur à titre posthume, alors pourquoi pas accomplir un rêve.

Tout comme la première fois, je ne fais pas un marathon. J’ai choisi le rythme lent. Un endroit me plaît, j’ai envie d’y rester, un jour, une semaine, un mois de plus, qu’à cela ne tienne. À l’inverse, j’avais prévu de rester plusieurs jours à un endroit, mais pour une raison, que j’ignore, je ne me sens pas bien. Pas de problème, je remets le sac sur le dos, plutôt que prévu, et roule ma poule (Enfin marche ;) )

J’entends déjà les impatients me demander, mais c’est quand le départ ? Mi-mars, j’avais choisi la date du 15 mars 2017, et un début d’itinéraire, j’ai appris hier que le mondial du tourisme à Paris, avait lieu le week-end du 17 au 20 mars, il n’y a pas de petits hasards, j’ai donc modifié légèrement mes plans. Même pas encore parti, ça commence déjà :p

Ce n’est pas qu’un voyage d’agrément, ni juste pour me dorer la pilule, sur le sable chaud. J’ai l’intention de garder les valeurs que nous défendions, et vous montrer que l’on peut vivre, voyager, éduquer, autrement, sans être esclaves de la société de consommation.

Vous voulez m’accompagner dans cette aventure ? Pour cela vous pouvez vous abonner à ce blog.

Découvrir les vidéos, sur ma toute jeune chaîne youtube :

https://www.youtube.com/channel/UCFDRWzmOG4pI0YavhYTuuCQ

 

Comme toujours retrouver mes photos sur Instagram :

https://www.instagram.com/mickaeline/

 

Vous préférez les grands réseaux sociaux que sont Tweeter et Facebook, ça tombe bien, j’ai créé une page spéciale dans le second, et j’ai aussi un compte dans le premier 😉

Tweeter :  https://twitter.com/CunyMimi?lang=fr

La page Facebook spécialement créée pour ce tour du monde : https://www.facebook.com/mickaelineautourdumonde/

 

Et si, Quasimodo, était en réalité Super Man ?

 

Je ne pensais pas que cette rubrique viendrait aussi vite, ni que la rubrique Billet d’humeur commencerait de cette façon. J’ai lâché les blogs pendant près de deux mois, mon dernier article m’était en évidence ma seconde façon de porter ma robe Naf-Naf. Seulement 1 mois et 2 jours plus tard, après avoir fait la surprise à mon mari, de me voir habiller en robe, ce dernier décédait. Ses funérailles, ont eu lieu il y a presque 15 jours. Voici le texte que je lui avais écrit.

C’est Cette Année Là, comme dirait Claude François, que tes yeux se sont ouvert pour la première fois. On dit que les premières minutes de notre vie sont décisives. Tu as sans doute dû entendre les premières notes des Beatles à ce moment-là, ce qui expliquerait que tu sois devenu un fan inconditionnel des 4 garçons dans le vent.

 

Plus rusé que le renard, et aussi patients que le petit prince. Tu as réussi l’exploit de m’apprivoiser, depuis, nous ne nous sommes plus quittés. Sinon les deux années nécessaires à la vie, pour nous offrir notre cadeau de Dieu.

En cinéphile accompli, tu te vantais d’aimer les films d’horreur et de guerre, mais je crois bien que c’était surtout pour cacher ton côté fleur bleue. Tu jouais les machos, en clamant, ne pas aimer les comédies sentimentales, mais tu n’hésitais pas à me traîner 10 fois au cinéma pour regarder « une bouteille à la mer », ou « Entre deux rives ». Je t’ai même vu, verser une petite larme, sur Gost.

 

Tu étais sans religion fixe, cependant, lorsque nous avons préparé notre mariage, tu as choisi un passage de la genèse. Tu adorais cette symbolique. Le fait que Dieu ait créé la femme en coupant le flanc d’Adams. Il est vrai que nous n’étions plus qu’un.
Toujours ensemble, jamais l’un sans l’autre. On s’amusait de la réaction des gens qui admiraient notre complicité. Pour nous, c’était une évidence. Tels des âmes soeurs, nous ne pouvions rester longtemps, loin de l’autre.

 

Ah que j’aimerais que tu me donnes un peu de la sagesse, de ce peuple Amérindien que tu admirais tant. Comme eux, tu croyais en la vie, et ses mystères. Que veux-tu, avec un tel prénom, tu étais prédestiné à une certaine philosophie de vie.

 

Comme le dit, la chanson. « Te souviens-tu d’un slow, 10 ans, plus tôt », sauf que nous les dizaines, on les a plus que triplé. Mais jamais nous n’aurions cru que les paroles de ce premier slow, étaient celles d’un futur annoncé. Puisqu’en cet été qui s’achève, tu es parti à 100 mille lieux de moi, me laissant seule, sur la plage les yeux dans l’eau. Comme un rêve trop beau.

 

Mon humour noir, ou à la c. Comme je disais, t’as toujours amusé. Même aux dernières heures de ta vie, j’ai réussi à te faire rire. C’est dans un de ces moments de folie, que je t’ai surnommé mon Quasimodo. Loin de t’en offusquer, comme d’autres l’aurait fait, tu t’en amusais. Mais je crois bien que c’est l’équipe soignante de l’hôpital qui avait raison, car tu étais en réalité « super man « .

 

Merci, mon amour, d’avoir pendant 32 ans apportés un souffle à ma vie, et partagé, durant 18 ans, 1 mois, et 1 jour, cette dernière. M’offrant ton rire, comme les notes d’une mélodie. Ta joie de vivre, comme un cadeau. Tu étais le soleil, qui réchauffait ma vie, la lumière qui m’éclairait, le vent qui chassait mes peines. Même si, tu n’es physiquement plus là, j’aime à croire que, tu es partout où je suis, et où je regarde. Dans le ciel bleu, aux couleurs de tes yeux, dans la brise qui sèche mes larmes, dans les étoiles qui éclairent ma nuit. Même dans ce jeune homme que tu appelais « mon grand », et dont tu étais si fier.

 

Comme tu étais mon plus grand fan, aimant que je te lise, mes chroniques, avant que je les publie, je ne t’offre peut-être pas la plus belle, mais la plus importante à mes yeux, puisqu’elle traite du plus gros coup de cœur de ma vie.

 

Ah oui, j’oubliais, si là où tu es, tu trouves un Monopoly que tu n’as pas dans ta collection, je t’autorise à faire quelques parties en attendant que je te rejoigne.