Saint Hélier

Dès la descente du bateau, on est dépaysé, Jersey semble si proche, et à la fois si différente de la France. Livré à nous-même, il nous faut tenter de nous repérer, afin de rejoindre nos différents hébergements, les plus malins, ou les moins aventureux, auront réservé avec l’option prise en charge, et un bus les attendra sagement aux abords du ferry afin de les mener à l’hôtel.

Pour les autres dont je faisais partie, nous aurons déjà la chance de parcourir la ville, et de commencer à se repérer. Oh, ce restaurant à l’air super, oh cette maison, j’adore ! Le tout bien évidemment sous la pluie, (si non ce n’est pas marrant), ce n’est pas une légende, il pleut souvent sur les îles britanniques, et ce mois de mars 2017, ne fait pas exception à la règle. Mais vous savez ce que l’on dit « après la pluie, vient le beau temps. » Ce dernier, vient aussi soudainement que la pluie peut arriver sur notre belle France. Contrairement à la région française, où j’habite, la pluie ne dure jamais des journées entières. Déjà, 4 jours que je suis arrivée sur Jersey, la pluie était là tous les jours, mais j’ai pu également profiter de deux journées estivales, car comme je le disais, cette dernière ne s’arrête pas des jours entiers.

Fort heureusement tout est très bien indiqué. St Hélier à beau être la Capitale, avec 28 000 habitants environs sur les 100 000 que compte l’île, elle a su rester à taille humaine. Se moderniser, sans faire de l’ombre à son héritage. Ce qui donne une diversité architecturale impressionnante. Bien qu’elle semble « s’englaniser » de plus en plus, on trouve encore de si de là, un nom de maison, d’hôtel ou encore de rue avec une expression française. Rappelons qu’il n’y a pas encore si longtemps, on y parlait Français, ce n’est que dans les années 1960, que l’Anglais est devenu obligatoire.

Si comme moi, vous décidez de visiter Jersey en basse saison, ne pensez pas qu’il n’y a rien à voir sur l’île ou encore à St Hélier plus précisément. Pour les incontournables du shopping, le centre-ville vous charmera, avec ses grandes enseignes flirtant avec des enseignes locales aux articles « so british« . Il en va de même de la gastronomie, riche et variée, il y en aura pour tous les goûts, des grands fast food, aux petits food truck du bord de plage. 

Parlons-en justement des plages, ou du bord de mer devrais-je dire, puisque vous pouvez vous balader, sur des kilomètres entiers au bord de l’océan, des balades, plus belles, et romantiques les unes que les autres. Et si l’envie vous en dit, vous pouvez vous reposer, ou admirer le retour de la marée, confortablement installé, sur un banc, ou dans un abri, en cas d’intempéries.

Les embruns marins, ce n’est pas votre truc, il y a de nombreux espaces verts également.

Et sinon vous pouvez aussi visiter les musées et le Elizabeth Castel, en pleine saison, vous pourrez même visiter cette belle ville en petit train.

Quant aux hébergements, vous en avez pour tous les goûts, et toutes les bourses, de l’hôtel 5 étoiles, au petit B&B, au prix raisonnable, des appartements, et même des bateaux, ces derniers étant très demandés, mieux vaut s’y prendre longtemps à l’avance.

Ce que j’ai trouvé le plus dommage, c’est toutes ces grues, un peu partout dans la ville, entre le tourisme et sa population croissante, les buildings fleurissent un peu partout.

De nombreux panneaux indiquent qu’il est interdit de donner à manger aux mouettes, qu’en on voit le résultat, on comprend pourquoi   🙂

 

PLUS DE PHOTOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *