Une première étape qui n’en est pas vraiment une

Peut-être tombez, vous, sur cet article par hasard, ne connaissez-vous pas toute l’histoire de ce tour du monde. Ici, vous découvrirez pourquoi l’étape d’aujourd’hui est importante pour moi.

Pour les plus fidèles, vous le savez, je ne voulais pas commencer un tour du monde, sans au préalable me rendre à St Gilles Croix de Vie.

 

En ce vendredi matin, je laissais donc mon agréable foyer jeune pour la Vendée, j’ai beaucoup aimé cet établissement, malgré le dortoir. Et comme pour le premier soir, c’est dans le noir, que j’ai refait mon sac.

Mais avant de prendre le train, direction notre dame de Paris. Je suis surprise de constater qu’à tout juste 9 heures du matin le parvis est déjà plein. Le climat n’est plus aussi radieux que la veille, et je me dis que j’ai bien fait d’en profiter. Le temps de me repérer, de prendre quelques photos au point zéro, et même de mettre à contribution, deux jeunes policiers en faction, héhé qui a dit que les flics n’étaient pas aimables. Et je me sauve à la gare. Cette fois-ci, je découvre Montparnasse, il ne me manque plus que Saint-Lazare et je les aurais toutes faites. Pour le moment, la gare de Lyon garde ma préférence.

J’ai deux heures d’avance, cela me permet de prendre quelques repères avant de me rendre à un point chaud, afin de déguster un thé, et de commencer à prendre mes marques pour travailler. Être blogueuse professionnelle, je connais, c’est ce que je suis devenue petit à petit avec Mickaéline et ses livres, sans la mort de mon mari, je serai sans doute toujours uniquement blogueuse littéraire. Mais j’ai tout à apprendre du nomade digital, et travailler dans les lieux tels que les gares et cafés, en font partit. Mon train est à 12 h 30, j’ai une correspondance d’un quart d’heure à Nantes, pour gagner le bus, et m’acheter un sandwich, j’avais prévu le coup, et pris un peu plus de tartines beurrées ce matin au petit déjeuné.

Oui, mais voilà, vous connaissez la célèbre pub, qui dit qu’avec la SNCF, tout est possible, tout est réalisable ? Un train qui part de Paris, qui logiquement devrait être à quai 1/4 d’heure voir une demie heure avant, surtout pour un TGV, où l’embarquement est filtré. Est mis 3 minutes avant, et déjà, un départ de 10 mn de retards, comme il n’est pas directe, ces minutes font des petits, et finalement, c’est avec un retard de 25 minutes que l’on arrive à Nantes, soit à 15 h 05, lorsque m’a correspondance devait partir à 15 heures, adieu sandwich, adieu pause, je cours comme une malade, a ce moment précis, je jure que je vais faire valser la tente, et tout le matériel de camping de mon sac, et alléger ainsi ce dernier de 5 kilos. Heureusement que le bus nous attendait, nous les 9 rescapés du TGV Paris-Nantes en direction de St Gilles Croix de vie. Je range Franklin, (mon sac à dos) dans la soute et monte sans me faire prier dans le bus. Au moment où il démarre, je me rends compte que j’ai laissé une fois de plus, ma bouteille d’eau, dans mon sac, qui se trouve dans la soute. Je n’ai rien bu, depuis mon thé à la Gare, et j’ai terriblement soif. J’ai faim également, dans mon sac de geek, il y a bien, un fond de chips, du Subway, de la veille, mais je me dis, que ça me donnera encore plus soif.

Lorsque le bus nous dépose, enfin, en gare de St Gilles, je crois que mes misères sont finies. Je branche Google Map, et pars tête baissée, comme tout bon bélier qui se respecte, je suis stressée, et mon cerveau n’en fait qu’à sa tête, et plus j’avance et plus je m’audits cette application, et mon sac à dos. Dès demain, je vais profiter du fait d’être dans une chambre particulière pour le vider, en entier, et trier tout ce que je vais renvoyer à mon fils, tente, réchaud et matelas de sol… Et les sandales aussi, de toute façon, elles ne sont pas de première jeunesse, je pars en direction, du nord, donc je n’en aurais pas besoin avant très longtemps. J’en suis là de mes cogitations intérieures lorsque mon portable, fait un joli Game Over, plus de batteries ! Génial, manquait plus que ça ! 

Heureusement, car ça m’a obligé à réfléchir. Je me suis souvenue, que lors de la réservation, je n’avais pas pris une chambre côté plage, à cause du prix, et que j’avais fait en sorte de choisir un hôtel à mi-chemin entre la gare, et le trou du diable. Alors qu’est-ce que je fous, à l’opposé !!

Retour à l’envoyeur. En 5 minutes, je suis dans ma chambre d’hôtel. Grand sourire aux lèvres, dû au spectacle de la marée, remontante. Et comme le stress m’a lâché, je me souviens que j’ai une batterie externe. Je suis le conseil de le réceptionniste, après avoir branché mon portable sur la batterie, je pars pour une balade, ressourçante et rafraîchissante le long de la crique. Non seulement, j’assiste à la marée remontante, mais en plus, à un super couché de soleil, qui prend tout son apogée, alors même que je serais au trou du Diable. 

Après toutes ces mésaventures, je suis heureuse du spectacle que m’offre la nature, et encore plus, du dîner dans la crêperie que j’ai testée pour vous, face à l’océan. À cet instant, je ne regrette qu’une chose, que l’on ne soit pas en été pour que je puisse profiter du spectacle. 

J’ai horreur de manger seule, encore plus au restaurant, au moment où je me dis qu’il faudra bien que je m’y habitue, je m’aperçois que je suis à la table 12, il y a des signes qui ne trompent pas. Cette nuit pour la première fois depuis 6 mois, je sais que je dormirais bien.

J’avais réservée au Ker Louis, en cliquant sur la photo, vous gagnerez 15 € sur vos prochaines vacances partout dans le monde.

2 réponses sur “Une première étape qui n’en est pas vraiment une”

  1. Très beau couché de soleil, je lis ta note et je vois que la SNCF reste égale à elle-même….toujours en retard…mais vu ce que tu manges , heureusement qu’elle est la pour te faire courir, lol, bisous soeurette

    1. Eh oui, de ce côté là, la SNCF ne change pas. Peut-être un jour (on a le droit de rêver.) ou alors comme tu dis, c’est pour que ses abonnés gardent la ligne, moi aussi je t’embrasse ma petite sœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *